Le français pour adultes consentants-Le FPAC © 2015

« Cette petite robe caca d’autruche te va comme un gant, Jean-Christine ! »

 

C’est toute une affaire d’accorder les couleurs ! Presque aussi difficile que de trouver la tenue idéale pour le mariage d’un cousin issu de germain qu’on n’a pas vu depuis 26 ans et avec qui on a fricoté en vacances dans les Ardennes à l’âge de 14 ans !

 

Alors, pour faire simple (hum hum), il y a trois cas et six exceptions dans l’un de ces trois cas…

 

PREMIER CAS :

Les couleurs « basiques » (jaune, bleu, noir, blanc, rouge, vert…) s’accordent en genre et en nombre avec le nom qu’elles décrivent.

 

Exemple : Jean-Christine (JC pour les intimes) apporte ses magnifiques déshabillés BLEUS et ses bas NOIRS au petit couturier installé en bas de chez lui,  il les a encore déchirés à la soirée « TAROT ET STRASS ».

 

DEUXIÈME CAS :

Les couleurs composées (rose bonbon, jaune poussin, vert pomme, beige cacahuète, rouge menstruation, bleu ecchymose, marron diarrhée…) sont INVARIABLES et n’ont de trait d’union que si ce sont deux couleurs réunies.

 

Exemple : Les parents de Jean-Christine (JC pour les intimes) lui ont offert une jupe VERT SEQUOÏA, une chemise ROUGE POIVRON, de longs gants GRIS-BLEU et des chaussures JAUNE COCU pour son 13e anniversaire. Ils étaient fort étonnés que JC subisse des railleries au collège le lendemain.

 

TROISIÈME CAS (LE PLUS PÉNIBLE) (« PENIBEUL » EN ANGLAIS) :

Les couleurs issues de noms de fleurs, fruits, pierres précieuses (orange, prune, marron, turquoise, lilas)… sont INVARIABLES *.

 

Exemple : Jean-Christine (JC pour les intimes) possède une collection de costumes MARRON et de cravates ORANGE pour se rendre à son travail au Ministère de l’Intérieur.

 

*EXCEPTIONS (qui s’accordent) : rose, mauve, pourpre, écarlate, fauve, incarnat, vermeil.

(Mais bon, il fallait déjà savoir que ces adjectifs étaient des noms avant, n’est-ce pas ?)

 

Exemple : Mes joues sont roses de honte, car cette leçon n’est pas du tout politiquement correcte !

 

La question du jour sera donc : Mais qui est ce Jean-Christine (JC pour les intimes) ?