Le français pour adultes consentants-Le FPAC © 2015

« Je ne LEURS donnerai pas un sou cette année aux éboueurs ! Je fais la morte derrière ma porte… Ils n’ont qu’à faire un calendrier avec des photos d’eux tout nus devant leur gros camion vert. »

 

Ah, les étrennes… une bonne occasion de tester sa générosité !

 

Le complément d’objet indirect (COI) répond à la question « à qui ? », « de qui ? », « à quoi ? » ou « de quoi ? » après le verbe.

 

Exemple :

 

Je fais un sourire totalement hypocrite À MA GARDIENNE, je LUI parle DE MES PROBLÈMES FINANCIERS en prenant un air déconfit.

 

Ce COI peut aussi être un PRONOM et se placer AVANT le verbe :

 

Exemple :

 

Je LUI dis que je ne pourrai pas lui filer son petit billet cette année, en fait je LUI mens, j’ai décidé d’investir dans un beau vison.

 

Et voici un SCOOP : le pronom COI « leur » est le pluriel de « LUI » et il ne prend JAMAIS JAMAIS JAMAIS DE « S » quand il est COI.

 

Exemple :

 

J’entends la factrice, je LUI ouvre la porte, je fouille longuement dans mon sac et LUI donne 20 centimes pour son calendrier tout pourri.

J’entends les pompiers, je LEUR ouvre la porte (en kimono), je fouille longuement dans mon sac et LEUR donne un gros billet ET mon 06.

 

Vous voyez ? Pas de « S» à « LEUR ». Simple, non ?

 

Sur ce, je vous la souhaite douce et généreuse !